Du 1er decembre 2011 au 07 janvier 2012 - France Dubois Imprimer Envoyer

du 1er décembre 2011 au 7 janvier 2012

France Dubois
Photographies


A travers ses thèmes de prédilection que sont l’humain, la subtilité de l’inconscient, la fragilité de l’équilibre personnel, France Dubois nous emmène dans un univers photographique lumineux et vibrant de poésie. Par son approche délicate, elle nous révèle l’étrangeté de l’instant.

Très inspirée par les photographes asiatiques (rinko kawauchi) et des pays nordiques (helsinky school), France Dubois met souvent en regard deux pans d'une même réalité ou bien deux univers, l'un mental, l'autre physique.

 

 

Quelques éléments biographiques
Après avoir terminé ses études à l’IHECS (Institut des Hautes Études en Communication Sociale) à Bruxelles, France Dubois monte des reportages photographiques et vidéo au sein d’organisations humanitaires. Elle intègre, par la suite, l’École de Photographie de la Ville de Bruxelles avec le projet de maîtriser les différents spectres de la photographie.

Rapidement, le portrait devient pour elle une évidence. On y retrouve ses propres émotions et son interrogation sur les fragilités de l’humain comme dans les séries «Twins» et «Eleven» qui questionnent la notion d’identité de l’individu. Avec ses deux séries de portraits prises frontalement et sans fard, France Dubois aborde, avec une vision authentique, la question de la gémellité ainsi que la complexe problématique de la formation de la personnalité adulte à l’âge préadolescent. «Skin», une commande du Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte contre le Racisme de Bruxelles, est une autre exploration de cette vulnérabilité humaine : la peau étant la surface délimitant le «moi» du monde alentour, celle-ci devient une enveloppe protectrice qui est cependant exposée aux attaques extérieures et en porte les stigmates.

Questionnant la relation subtile qu’entretient l’individu avec la société, France Dubois traite également avec «Behind the Window» de la vieillesse vécue au quotidien dans le cadre d’une maison de retraite bruxelloise ou de l’appréhension sincère et spontanée du monde par les enfants qu’elle a observés au cours de son travail dans une crèche municipale (« Bruxelles 0-3 »).

1 2 3